Les activités de recherche du projet

Les études décrites plus bas apportent les données les plus récentes et les plus précises sur les produits de la mer durables. Elles se penchent sur l’impact exercé par la qualité des méthodes de production des pays en voie de développement, notamment sur la réduction de la pauvreté et les interdépendances planétaires caractérisant l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement de la filière.

Les études et rapports sont tous disponibles en ligne. Leurs principales conclusions sont au cœur de la campagne de sensibilisation et des activités associées.

Étude 1 : présentation des travaux et des activités de soutien assurés par l’Union européenne en matière de développement dans le secteur des produits de la mer, et politiques correspondantes

Titre abrégé : travaux et politiques de développement de l’UE en rapport avec les produits de la mer issus des pays en voie de développement

Auteurs principaux : WWF-Autriche, WWF-Espagne

Date de publication : Novembre 2015

L’UE apporte son soutien aux pays en voie de développement à travers un certain nombre de projets portant sur la pêche et l’aquaculture. Mais ce n’est pas tout : de nombreuses réglementations européennes ont des implications décisives sur les populations des pays en voie de développement dont la sécurité alimentaire et les moyens d’existence dépendent des produits de la mer. Dans cette étude, le WWF donne un aperçu de l’accompagnement apporté en matière de développement par la Commission européenne dans la filière des produits de la mer et passe en revue les politiques correspondantes. Les problématiques que sont, par exemple, la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN), les dimensions externes de la Politique commune de la pêche ou encore la réduction de la pauvreté grâce à la pêche, y sont également traitées.

Étude 2 : présentation des moyens de vérification de la viabilité sociale, écologique et économique de la production de produits de la mer dans les pays en voie de développement

Titre abrégé : moyens de vérification de la viabilité sociale, écologique et économique

Auteurs principaux : WWF-Autriche, WWF-France

Date de publication : Novembre 2015

En Europe, plusieurs méthodes sont aujourd’hui à la disposition des consommateurs et des acheteurs pour vérifier si les produits de la mer provenant des pays en voie de développement sont produits de manière responsable et durable. La variété des normes et des outils de certification a en effet beaucoup progressé ces dernières années. L’étude donne un aperçu exhaustif des moyens de vérification actuellement disponibles pour s’assurer que les produits de la mer sont économiquement, socialement et écologiquement responsables et viables d’une extrémité à l’autre de la chaîne d’approvisionnement. La comparaison porte sur :

  • les écolabels rencontrés par le consommateur
  • les outils de certification et d’évaluation entre professionnels
  • les lignes directrices et les critères de production, ainsi que l’examen des meilleures pratiques concernant la réglementation et la gestion dans les pays en voie de développement.

Cette comparaison englobe une analyse des outils capables d’identifier et de prévenir les risques suivants dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement :

  • fabrication illégale de produits de la mer
  • travail forcé et traite d’êtres humains
  • méthodes de pêche non-durables au sens du WWF.

Étude 3 : études de cas

Titre abrégé : études de cas

Auteurs principaux : WWF-Autriche, WWF-Bulgarie, WWF-Espagne, WWF-France, WWF MedPO

Dates de publication : Novembre 2015 — juin 2016

Plus de 10 % de la population mondiale est tributaire de la pêche et de l’aquaculture pour le maintien de ses moyens d’existence et de sa sécurité alimentaire[1]. Au moins cinq études de cas donnent une analyse des interdépendances planétaires existant entre le choix des produits de la mer en Europe et son impact sur les populations du monde en développement. L’accent y est tout particulièrement mis sur les répercussions des exportations et de la gestion durable de la pêche sur la sécurité alimentaire et les moyens d’existence, d’une part, sur les paramètres écologiques et économiques, d’autre part.

Étude 4 : flux commerciaux Nord-Sud en Méditerranée

Titre abrégé : flux commerciaux de produits de la mer en Méditerranée

Auteurs principaux : WWF MedPO

Date de publication : Décembre 2015

Une étude est en cours de préparation à partir d’une nouvelle base de données compilant les volumes et les valeurs des flux commerciaux de produits de la mer enregistrés entre la Mauritanie, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l’Égypte et la Turquie, d’un côté, les pays européens (EU-28 + AELE), de l’autre. Son objet consiste à évaluer les effets de la consommation de produits de la mer dans les pays européens (EU-28 + AELE) sur les ressources halieutiques, les écosystèmes marins et le bien-être des communautés côtières et des économies locales du Sud (Afrique du Nord et Turquie). Le rapport, qui présente la Méditerranée comme un modèle régional des interdépendances mondiales Nord-Sud caractérisant le commerce de produits de la mer, s’intéresse aux enjeux socio-économiques et aux répercussions de la pêche sur les écosystèmes marins, les ressources halieutiques et les pêches artisanales.

Étude 5 : scénarios de prises marines dans le monde et effets sur le niveau de consommation

Titre abrégé : tendances futures de la pêche

Auteurs principaux : WWF-Allemagne

Date de publication : Mars 2015

La production de poisson destiné à l’alimentation tient une place cruciale dans la sécurité alimentaire et la nutrition humaine à l’échelle mondiale, notamment dans les pays à bas revenus présentant un déficit alimentaire. Or la population mondiale étant appelée à franchir le seuil de 9 milliards d’habitants à l’horizon 2050, la demande de produits de la mer ne cesse d’augmenter. Cette étude évalue scientifiquement le volume mondial total de captures normalement disponible en 2025 et 2050 si les stocks halieutiques sont gérés dans un souci de responsabilité. Elle permet de comprendre dans quelle mesure les habitudes de consommation en Europe ont une incidence sur les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire des pays en voie de développement.

Étude 6 : interactions entre produits de la mer nationaux et importés sur les marchés des États membres méditerranéens de l’UE (Portugal, Espagne, France, Italie, Croatie, Slovénie et Grèce)

Titre abrégé : interactions entre produits de la mer importés et nationaux

Auteurs principaux : WWF MedPO

Date de publication : Novembre 2015

Les sociétés d’Europe du Sud méditerranéenne entretiennent une relation particulière avec les produits de la mer. La consommation traditionnellement élevée de poisson pêché localement appelle en conséquence un regard spécifique dans l’approche globale servant à déterminer le niveau de consommation jugé durable dans la région. Souvent fortement surexploitées, les pêcheries côtières locales n’en sont pas moins cruciales pour sauvegarder le tissu socio-économique des communautés fragiles établies dans les pays durement touchés par la crise économique. Qui plus est, cette production entre de plus en plus en concurrence avec les importations, généralement issues des pays en voie de développement. Sept pays méditerranéens (Croatie, Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal et Slovénie) comptent pour un tiers de la production halieutique de l’UE et des importations de produits halieutiques en provenance de pays tiers. Les réalités associées aux produits de la mer locaux et importés (et à leurs communautés de pêcheurs respectives) étant inextricablement liées par les marchés, tout message ou conseil allant dans le sens d’une consommation durable se doit de tenir compte des deux origines des produits de la mer dans une optique holistique. Une étude détaillée est actuellement menée sur la consommation de produits de la mer dans les États membres de l’UE sélectionnés pour analyser le rôle relatif des produits halieutiques locaux et de leurs équivalents importés. Les conclusions auront valeur de recommandations pour instaurer un approvisionnement durable en produits de la mer dans ces pays.

Références de l'article

[1] HLPE, 2014. La durabilité de la pêche et de l’aquaculture au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition. Un rapport du Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition du Comité de la sécurité alimentaire mondiale, Rome, 2014. Page 34. http://www.fao.org/3/a-i3844e.pdf

Share This